N'oublions pas les intérieurs de nos trains. Sans vouloir réinventer le fil à couper l'eau chaude, la rénovation des rames Corail Intercités continue son programme.

200510_interieur-seconde-HN_2

 

Intérieur d'une B11tu modernisée Haute Normandie : 88 places assises au prix d'un pas de siège resserré. Le siège TER plus monce que les banquettes Corail compense tout juste le confrt d'assise... © transportrail

220812_interieur-seconde-BN_2

 

Intérieur d'une B10tu modernisée Basse Normandie : 80 places assises avec le maintien de la classique banquette Corail et un relookage des intérieurs plutôt sobre, tirant notamment les enseignements de la rénovation TER Alsace. Bonne nouvelle, les prises 220V ont fait leur apparition ! © transportrail

Après les 150 voitures de Basse-Normandie, et avant le parc Haute-Normandie, les voitures assurant la desserte Paris - Nevers ont bénéficié du programme (peut-être pour montrer que l'activité ne se limite pas à limiter le nombre de trains sur l'axe). Loin des effets aguicheurs, plutôt ratés sur le plan qualitatif, des voitures Corail Téoz, le programme Intercités se veut plus simple mais finalement au moins aussi efficace. Si ce n'est le maintien du sempiternel rideau "modèle unifié SNCF dans le tissu jamais revu depuis en ce bas monde", les velours recouvrant les sièges sont de bonne qualité, les couleurs retenues sont sobres et élégantes, rajeunissant agréablement les Corail trentenaires. Mieux, contrairement aux TGV et autres Téoz, on gagne une prise de courant pour chaque rangée de sièges dans les deux classes. Bref, une rénovation qui n'a pas grande prétentions intellectuelles, mais qui fait dans le registre "efficace". L'âge de raison ?